Dans la boue et entre poubelles pour vendre des vivriers au marché de Man

Source: AIP / Vendredi, jour de marché à Man (Ouest, région du Tonkpi), l’espace réservé aux vivriers grouille de monde. Il est 7h 30, des minicars issus de différentes localités de la région du Tonkpi marquent des stationnements pour libérer leurs chargements.

On y trouve des sacs de manioc, de bananes, d’aubergines, d’ignames, de patates, d’escargots, de grenouilles séchées, de piments, d’avocats, ainsi que d’autres fruits.

Des femmes s’affairent à étaler à même le sol leurs produits en vue d’attirer l’attention des premiers clients.

A côté d’un tas d’immondices, dame Golou Gah, la quarantaine révolue, chiffon en main pour chasser les mouches, place sur une table de fortune, des tas d’arachide, de feuilles d’épinard, du haricot, du gombo sec et autres produits d’assaisonnement.

« Que faire si je ne supporte pas l’odeur de poubelle, je ne pourrai pas nourrir mes enfants, je n’ai pas trouvé d’autre place », se confie-t-elle à l’AIP.

Selon la commerçante, plusieurs plaintes ont été adressées à la mairie, mais les tas d’immondices sont toujours à l’état.

« Toutes les ordures du marché sont déversées de notre côté et cela nous fait beaucoup souffrir », fait-elle savoir.

A proximité, une voisine vit le même supplice. « Moi je n’ai pas de mari, ni de travail. Les gens nous disent : l’odeur ne vous gêne. La boue ne vous dérange pas. Non ! Souffrons, personne ne nous a attachées à cette place. Nous souhaitons bien aller ailleurs, mais nous n’avons pas encore trouvé mieux, donc on fait avec », renchérit Soumahoro Christine.

En s’éloignant des poubelles, l’on accède à un autre endroit du marché où commerçantes et clients discutent âprement le prix de denrées alimentaires.

« Je suis une fonctionnaire retraitée de plus de 70 ans, J’ai décidé de faire le commerce, pour ne pas m’ennuyer à la maison et prendre du poids. Je suis veuve. Je vends un peu de tout, de la banane, des aubergines, des concombres, etc. Certains moments, j’ai quelques bénéfices sur mes ventes, mais la plupart du temps, je vends à perte », déclare, pour sa part, Mme Kaé Marie, ajoutant qu’en période de pluie, la boue est un obstacle pour ces commerçantes. « Mais rien n’est facile dans cette vie », se plait-elle à faire savoir.

Dame Bamba Makagbê, la soixantaine, vend également à même le sol l’igname et des fruits secs appelés « chats noirs ». Elle a souhaité que Man dispose un jour d’un véritable marché couvert, avec des places aménagées qui protègeraient les commerçantes du vivrier et les mettraient à l’abri des immondices, de la boue et des intempéries.

Sur le même sujet

District des Montagnes/ Danger sur la consommation... Par Toure Ibrahima ( info GK) / Les boulangeries et patisseries du District des montagnes comprenant les Régions du Tonkpi, Guémon et Cavall...
On ramasse les ordures! Au quartier de Doyagouiné, la Commune s'engage pour la propreté de la ville de Man: un gros camion repart avec son contenu d'ordures. On espère...
Man: construction de pont, ouverture des voies… Les populations de Blocaus chez le maire Tia André. Par Kindo Ousseny  / Les populations du quartier Blocaus de Man étaient jeudi dernier à la...
Suite à notre publication sur la colère des commer... Par Kindo Ousseny / Récemment, les commerçants de Man regroupés au sein de la fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire (Fenacci) sec...
Conservation des parcs nationaux et réserves natur... Le mont Sangbé réalise 75% de ses activités en 2017 Le mont Nimba conserve toujours ses attraits scientifiques -A quand le financement du mont Péko?...
Man: L’ONG Cause Humanitaire équipe des mén... Par Doumbia Balla Moise  / Dans le cadre de ses actions sociales, l'ONG cause humanitaire Côte d'Ivoire procède à une série de remise de matériel...
Partagez sur le réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *