Tonkpi / Grossesses infantiles en milieu scolaire : Une ONG engage la lutte à l’ouest

L’Organisation non gouvernementale Licoleh Côte d’Ivoire a procédé le vendredi 28 juin au lancement officiel d’un vaste programme de lutte contre les grossesses infantiles en milieu scolaire. La cérémonie a eu lieu dans le village de Saguipleu dans la sous-préfecture de Sangouiné en présence des autorités administratives et coutumières.

Ce jour-là, Bih Tiémoko Martin, coordonnateur projet de l’Ong Licoleh a indiqué que cette activité rentre dans le cadre de la mise en œuvre du « projet autonomisation de la femme lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire et la non déclaration des naissances » avec l’appui financier de la fondation Osiwa, dans son volet de lutte contre les grossesses infantiles et la non déclaration des naissances. « Il s’agit pour nous de célébrer l’excellence chez la jeune fille, mais surtout  mener le combat en faveurs des droits fondamentaux de nos enfants à savoir la scolarisation des enfants, leur protection contre les abus de toutes formes et plus particulièrement les abus sexuels qui parfois aboutissent à des grossesses précoces qui sont dangereuses pour ces petites filles dans les région du Tonkpi, Bafing et haut Sassandra », a-t-il souligné.

Pour lui, il est bien de mettre les enfants à l’école, mais scolariser aussi les jeunes filles et déclarer tous les enfants à l’état civile est encore mieux car dit-il, « permettre à l’enfant d’avoir un extrait de naissance c’est lui garantir un avenir sûr, avec une existence légale. Bih Tiémoko Martin dans sa volonté d’encourager la scolarisation de la jeune fille a offert  une vingtaine de Kits scolaires aux meilleures élèves jeunes-filles du groupe scolaire de Saguipleu.

Une initiative saluée par le sous-préfet de Podiagouiné, Serges Zehi, représentant le préfet de la région du Tonkpi, préfet du département de Man et son Collègue de Sangouiné empêché. Il a félicité l’Ong Licoleh pour tous les efforts consentis dans le cadre de la scolarisation des enfants et surtout la déclaration des naissances. « C’est un mal qui gangrène notre société. Il n’est pas encore tard, faites les papiers pour vos enfants et des structures comme Likoleh sont là pour vous aider et vous devez saisir cette occasion pour permettre à vos avants d’avoir une existence légale », a exhorté l’administrateur civile qui avait à ses côtés son collègue de Logoualé.Théodor Gnonsekan, inspecteur de l’enseignement primaire et préscolaire s’est réjoui de cette activité de sensibilisation et a souhaité que ce genre d’action s’étende dans toute la circonscription administrative de Sangouiné.

 La cérémonie a été marquée par des sketches de sensibilisation et des prestations d’artistes  musiciens et de comédiens sur les thématiques de la lutte contre les grossesses précoces, la scolarisation de la jeune fille, et la déclaration des naissances.

Kindo Ousseny à Man  

Partagez sur le réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *