Tonkpi / Vers la labellisation du café de l’ouest 

La fédération des producteurs du café de Man veut rendre le café de l’ouest plus performant en le labellisant. Ils l’ont exprimé au cours de leur assemblée constitutive qui s’est déroulée à Biankouma le samedi 06 juillet.

Les producteurs de café entendent mutualiser leurs efforts

Au cours de cette assemblée qui a réuni tous les producteurs de café du Tonkpi, les organisations agricoles, les faîtière, plusieurs décisions ont été arrêtées pour une meilleur visibilité de ce café considéré comme le meilleur de tout le pays.

Le président du comité scientifique et labellisation du  café de Man, Diomande Gbongue Claude a salué les producteurs  pour le travail qu’ils font tous les jours pour que le café de Man ne meurt pas.«Le projet de Labellisation de notre café  n’est pas une vue de l’esprit. Nous devons lui donner la place qui est la sienne. Il faut donner plus de valeur au café de Man, lui donner une carte d’identité, un label. C’est dans ce sens que nous avons fédérer les producteurs du café de Man pour rendre plus reluisant le niveau de notre café », a-t-il dit.

Le Colonel Konan Amani, chercheur au CNRA a, pour sa part, fait la genèse de l’évolution du café ces dernières décennies. « de 300 000 t, la production est, à ce jour, à 180 000 t. Cette chute est dû au prix d’achat qui n’est pas bon, la guerre que le pays a connu, les productions sont faible et l’âge aussi des plantations est très caduque. La qualité n’existe presque pas », a déploré l’expert. Et de poursuivre :  « L’état veut passer à 200 000 t le café marchand en passant par les vieux vergers et créer de nouvelles plantations. Mais cela passe par la Vulgarisation de nouvelles variétés, la promotion des cafés terroirs », a t il situé.

À l’en croire, le café du Tonkpi est le meilleur café que la côte d’Ivoire possède. Car « il a Un bon goût, bonne qualité physique attirant les investisseurs. C’est un café spécial, le café Robusta. Le climat de l’ouest est très favorable, le sol, le mode de culture est un avantage, Les plantations sont sous arbre. Ce qui rend le café de l’ouest plus spécial », précise-t-il. Pour lui, pour une meilleure visibilité de ce café, les producteurs doivent pratiquer de bonne pratiques agricoles. 

Notamment, a t il recommandé, en ne récoltant pas les cafés non mûrs, ne pas mettre le café en tas, ne pas entreposer le café dans les sacs, ne pas sécher en masse, ne pas le sécher sur le goudron ni au sol. Mais plutôt Sécher sur claie, utiliser les variétés mis au point par le CNRA café arabusta et Robusta.  « Le café du Tonkpi existe et si on adopte les bonnes pratiques agricoles le café deviendra meilleur », a-t-il terminé.

L’élection du comité exécutif de 11 membres, du comité de contrôle 5 membres et du commissariat aux comptes ont fermé cette assemblé constitutive des producteurs de café.

Doumbia Seydou Badian

Sur le même sujet

Man / Filière café : Les producteurs appelé à fair... La qualité du café est en forte régression ces dernières années. Pourtant en 2012, la Côte d’Ivoire avait enregistré une avancée qualitative en la mat...
Partagez sur le réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *