Touba / 2 heures sous le couvre-feu avec les forces de l’ordre

Le mardi 24 mars le couvre-feu est entré en vigueur sur toute l’étendue du territoire en vue de lutter contre la propagation du Covid-19. À Touba, notre reporter, Cheick Bakayoko a fait le constat de son respect par les populations en compagnie des forces de l’ordre.

Les forces de l’ordre en patrouille pour s’assurer du respect du couvre-feu à Touba

Ce samedi 28 mars, une unité des forces de l’ordre composée d’éléments de la police, de la gendarmerie nationale et de l’escadron mobile dirigée respectivement par le Caire Tre Pregnon Flaurent, le commandant Silué Noukouna et le capitaine Bella Césaire mènent une patrouille conjointe.

Lorsque nous arrivons au commissariat de police de la ville,  nous trouvons des hommes mobilisés, en rangs serrés,  attendant les ordres de leurs hiérarchies avant l’embarquement.

Peu avant 21h, heure de départ, avant de regagner les véhicules pour la patrouille, le Caire Tre Pregnon, à la manette, donne des consignes fermes aux hommes.« Les consignes sont les mêmes. Pas de violence sur les personnes, il faut tout simplement les maîtriser et les conduire devant le parquet où elles donneront les raisons de leur présence dehors aux heures interdites. La patrouille doit se faire dans le respect des droits de l’homme», a-t-il rappelé. Après quoi la patrouille peut démarrer.

Le propriétaire de la bâchée interceptée au rond-point sommé de regagner chez lui

Le cortège s’ébranle vers le rond-point. Là un véhicule est intercepté aux environs de 21h 26 minutes. Interrogé, le conducteur explique avoir conduit un parent malade au CHR. Des hommes sont commis pour le raccompagner à son domicile.

Après cet épisode, le cortège poursuit son cours normal. Direction, les quartiers TP, Bonisso, Dar- Es- Salam et Peloton où c’était le calme plat. C’est à l’entrée du quartier Sokoura 2, que les forces de l’ordre constatent des barricades dressées sur la route par des inconnus. Elles sont aussitôt détruites. Les hommes pénètrent dans le quartier pour le constat d’usage avant d’en ressortir.
De Sokoura 2, nous rallions les quartiers Résidentiel, Sogbêni et Toubaco via la rue qui traverse les quartiers Trobiaville et Gouéla. Là encore, rien à signaler.

Aux environs de 23h, nous prenons congé des forces de l’ordre qui devaient continuer leur travail. Le couvre-feu en vigueur depuis une semaine partout en Côte d’Ivoire, est respecté par les populations à Touba, à part quelques rares actes de défiance auxquels s’adonnent certains jeunes gens, sans doute pour tester la détermination des hommes en armes. Quoi qu’il en soit les forces de l’ordre veillent au grain.

Cheick Lamine

Vous allez aimer aussi:

Partagez sur le réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *