Touba / Profitant de la crise sanitaire : les bouchers augmentent le prix du kilogramme de viande

La pandémie du Corona virus qui endeuille le monde depuis peu, est l’occasion trouvée par nombre de commerçants pour procéder à une hausse fantaisiste des prix de leurs marchandises. Une situation à laquelle n’échappe guère, la ville de Touba où la récente augmentation du prix du kilogramme de la viande sur le marché local, est le mépris de trop ayant entrainé le courroux du chef de canton, El Hadj Fadiga Bambadjan.

Pour exprimer son indignation, le chef de canton a convoqué une rencontre le 02 avril dernier à laquelle ont été conviés l’organisation des bouchers, le président régional de la chambre de commerce et d’industrie ainsi que les organisations féminines de la ville. 

Interrogé sur la dernière augmentation du prix de la viande, Amadou Sidibé, vice-président de l’organisation des bouchers de Touba, a argué que le prix des bêtes à Touba, a connu une flambée du fait de la forte demande de la part d’acheteurs venant de Man, Danané, Odienné San-Pedro. Occasionnant du coup, la rareté des animaux et partant, des spéculations amenuisant leurs marges bénéficiaires.

Le conseil cantonal et le président des commerçants ramènent les bouchers à l’ordre

Un argumentaire, réfuté par Issiaka Fofana Isaac, président régional de la Chambre de commerce et d’Industrie. Qui après avoir expliqué les mécanismes de fixation des prix en Côte d’Ivoire, s’est indigné de l’augmentation unilatérale du prix de la viande par les bouchers au mépris de la réglementation en vigueur. Mieux, il a regretté le fait que les mis en en cause, n’aient fait connaître leurs difficultés ni à sa  faîtière, ni aux autorités administratives afin de leur apporter les solutions appropriées. 

Dans la même veine, El hadj Fadiga Bambadjan, a jugé inadmissible l’attitude des commerçants. Il a affirmé qu’en dépit des nombreux avantages fiscaux, la réduction du coût du carburant et autres mesures sociales, prises par le gouvernement pour alléger les souffrances des populations ivoiriennes, certains opérateurs économiques, rament à contre-courant.

Il a donc au terme de la réunion, intimer l’ordre aux bouchers de ramener le prix du kilogramme de la viande à 1 800 Fcfa contre 2 000 F cfa. En outre, il a invité le président de la chambre régionale du commerce et de l’industrie à obliger les commerçants à procéder à l’affichage des prix.

Cheick Lamine

Partager, c'est aimer!
Shares

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *