Tonkpi/ Santé Mère-enfant : L’implication des leaders communautaires sollicitée

Le Programme National de Santé de la Mère et de l’Enfant et le Fond des nations Unis pour la population, (UNFPA) ont initié du 06 au 09 avril un atelier de formation des leaders communautaires, des guides religieux et les leaders des organisations de femmes et de jeunes sur la question de la santé mère enfant. Il s’agit d’impliquer les participants dans la lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

L’atelier s’inscrit dans le cadre du projet Projet d’achat stratégique et d’harmonisation des financements et des compétences de santé (SPARK-Santé P167959). Son but est de contribuer à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile en améliorant l’utilisation et la qualité des services de santé dans les districts sanitaires de Côte d’Ivoire.

Selon Madame Yao née Diallo Awa, sage-femme spécialistes de la santé Mère enfant, « l’atelier a pour objectif général est de contribuer à accroitre l’utilisation des services soins obstétricaux néonataux d’urgence (SONU) dans les Régions sanitaires du Tonkpi ».

Il est question au cours de cet atelier d’Informer et sensibiliser les leaders communautaires et religieux, les femmes leaders, les jeunes leaders sur l’importance des consultations prénatales, de l’accouchement assisté par un personnel de santé qualifié, des soins post natals, la Planification Familiale… Et à termes  produire les Prêt à diffuser, (PAD) de sensibilisation sur l’importance des consultations prénatales, de l’accouchement assisté par un personnel de santé qualifié, des soins post natals, la Planification Familiale… en langues locales avec les participants.  C’est d’ailleurs à juste titre que le Directeur coordonnateur national du Programme national  de la santé Mère enfant, Dr Tano Gnou  exhorté les chefs coutumier à s’approprier la question de la santé mère-enfant à travers des initiatives fortes, visant à relever le défis d’augmenter le taux d’utilisation des services de santé. « Nous voudrions inviter les communautés, notamment les chefs coutumiers, les leaders de femmes à s’impliquer dans la gestion de la question de la santé mère-enfant », a-t-il exhorté.

Dans son mot d’ouverture, le chef de service d’action sanitaire de la direction  régionale représentant le Directeur régional de la santé et de l’hygiène publique, Dr Fofana Mohamed a enfoncé le clou. « Soyez le programme santé mère enfant chez vous à la maison, dans vos quartiers, dans vos villages et partout où vous allez. C’est ensemble que nous pouvons atteindre nos objectifs », a-t-il soutenu.

Pour Dr Liagui Ouattara, chef du bureau régional de l’UNFPA basé à Guiglo, malgré les efforts du gouvernement et de ses partenaires, le taux d’utilisation des services de santé mère enfants demeure encore faible et l’on constate encore des décès maternels et infantiles encore évitables. C’est pourquoi, soutient-il, l’implication des chefs traditionnels et des leaders communautaires pourrait apporter un plus dans l’atteinte des objectifs. Il en est de même pour Dr Brou Somela Marie Josée chef de service action sanitaire du district représentant le Directeur départemental de la santé. Elle a rappelé l’importance de la santé mère enfant tout en exhortant les participants à être attentifs dans la production des messages de qualité qui seront contenus dans les prêt-à-diffuser pour améliorer la santé mère enfant dans la région.

Kindo Ousseny à Man

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *