Journée mondiale de lutte contre le paludisme : La maison de l’Artemisia de Man propose sa recette

La maison de l’artemisia de Man  a marqué la journée du dimanche 25 avril dernier par la présentation des bienfaits de l’artemisia dans le traitement efficace du paludisme en Afrique. Cette cérémonie a été organisée en collaboration avec de l’Union des naturothérapeutes et praticiens de la médecine traditionnelle du Tonkpi.

Selon Anne Claire Motte, responsable de la maison de l’artemisia de Man, l’Artemisia annua est une plante qui permet de prévenir et de soigner le paludisme. « Notre objectif c’est zéro palu. C’est une plante qui permet de casser la chaîne de transmission du parasite. Donc ça permet d’éradiquer le paludisme et faire en sorte qu’on n’entende plus parler de cette maladie dans la région.  Et pour ça il faut prendre une tasse de tisane d’artemisia, un jour sur deux pour prévenir cette maladie“. Selon elle, cette plante a 20 molécules identifiées anti palu dont l’artémisine. Elle soigne plusieurs autres maladies dont la bilharziose et renforce l’immunité du corps pour favoriser la bonne santé.

A côté de l’artemisia annua qui est d’origine chinoise, il y a l’artemisia afra qui est d’origine sud-africaine. A Man c’est l’artemisia annua qui fait l’objet de vulgarisation et une coopérative est mise sur pied à cet effet. Les autorités politiques et administratives de la ville étaient mobilisées à cette occasion pour apporter leur caution à l’initiative de la maison de l’artemisia et de la médecine traditionnelle africaine.  Pour le député Touré Sékou de Man commune, cette initiative dans le cadre de la lutte contre le paludisme est à saluer et à encourager. « Vous pouvez compter sur les élus que nous sommes pour faire connaître ce médicament auprès de nos populations », a-t-il assuré.

Le Directeur régional de la santé et de l’hygiène publique, Dr Tia Mamadou, représentant le préfet de la région du Tonkpi, préfet du département de Man a assuré l’auditoire de la fiabilité et de l’efficacité du traitement du paludisme avec l’artemisia. « Le préfet de région que je représente a déjà reçu la maison de l’Artemisia, il fait confiance à ce produit. La maison de l’artemisia a aussi la caution ministère de la santé à travers le programme national de lutte contre le paludisme qui travaille déjà avec cette structure », a témoigné le patron de la santé dans le Tonkpi. Selon, l’objectif de l’Etat de Côte d’Ivoire, c’est d’éliminer le paludisme, c’est de réduire le nombre de cas et surtout le nombre de décès du fait du paludisme », a—t-il soutenu. Dr Tia Mamadou a aussi fait savoir que c’est à travers l’artemisia que plusieurs produits anti palu comme l’artemether, l’artémisine et bien d’autres ont été fabriqués. Il a aussi exhorté la population à s’engager dans la prévention en adoptant l’usage des moustiquaires imprégnées et la consommation tous les deux jours de la tisane d’artemisia telle que prescrite.

Selon Dr Horras Akakpo,  médecin, chargé de suivi et évaluation à la direction régionale de la santé et de l’hygiène publique, le paludisme c’est 230 millions de cas à travers le monde pour 400 milles décès par an.  En Côte d’Ivoire et dans la région du Tonkpi, c’est 3 personnes  sur 5 qui sont consultées dont 2 personnes sur trois hospitalisées et plus de la moitié des cas de décès dans les hôpitaux. C’est pourquoi, il exhorte toute personne présentant une fièvre accompagnée de chaleur et de froid ainsi que tout enfant présentant des maux de ventre, la diarrhée à se rendre le plus vite possible dans un centre de santé car dit-il, le gouvernement a rendu gratuit le traitement du paludisme dans tous les centre de santé publics. Du test de paludisme aux trois jours de traitement, tout est gratuit !

Cette cérémonie a été l’occasion pour la maison de l’artemisia de signer un protocole d’accord de collaboration avec l’union des naturothérapeutes et praticiens de la médecine traditionnelle pour mieux éradiquer le paludisme à travers l’artemisia.  « Il s’agit pour nous par cette initiative de soutenir les efforts du gouvernement dans sa volonté d’éliminer le paludisme en Côte d’Ivoire », a déclaré Flan Goué Faustin, président des naturothérapeutes de la région.

Kindo Ousseny à Man

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *