Un islamologue explique le lien étroit entre le jeûne et la cohésion sociale

La représentation locale spécialisée (Rls) de l’Amicale des Anciens de L’Aeemci (3A) a organisé sa traditionnelle rupture collective dénommée Iftar 2021. Cette seconde édition s’est déroulée à l’hôtel Cascade de Man le 1er mai en présence d’un parterre de personnalités.

L’innovation majeure cette année, en plus de la levée des fonds pour les démunis et les veuves, a été l’introduction d’une conférence par le président de la Rls, Kone Brahima. Elle avait pour thème :”Le jeûne un outil de paix et de cohésion sociale”.

C’est l’éminent enseignant chercheur à l’université FHB de Cocody, surnommé le Tariq Ramadan ivoirien, le professeur Yahadja Karamoko qui a animé cette conférence. Dans son introduction le professeur a précisé que ce thème trouve sa réponse dans la finalité du ramadan.
«Toute société a besoin de paix et de cohésion sociale. Cette tranquillité est à surveiller et à recréer. Le ramadan mois d’intense piété. Le jeûne obligatoire vous a été prescrit afin que vous soyez pieux. La piété (takwa) est la finalité du ramadan. La piété c’est mieux se souvenir d’Allah et lui obéir», a-t-il introduit.

Pour lui, le musulman s’il est pieux, sa présence dans la société doit être sujet de concorde et de vivre ensemble.« La bonté appelle la bonté, la générosité qui incarne ce mois de ramadan va permettre de créer un lien favorable. Le ramadan est un mois de solidarité, de générosité, de partage intense. Il faut être généreux dans ce mois se concentrer sur le moi, à la recherche du sacré. Cette générosité à une dimension spéciale, le voisinage. Le voisin est tellement important qu’il est comme un membre de la famille. Évitons la dispute en islam, nous avons des divergences mais nous devons éviter les disputes. Si quelqu’un se comporte en ignorant envers le Musulman celui-ci doit répondre “je jeûne”», renchérit le professeur Yahadja.

À l’en croire, le Ramadan est une haute saison de beaux caractères qui doivent guider les faits et gestes de tous les croyants. C’est pourquoi demande-t-il aux musulmans de s’ éloigner de tout ce qui peu diminuer les contradictions.« Le Ramadan c’est la meilleure manière de se prémunir contre les conflits sociaux. La maîtrise de soi, la modération dans les propos doivent être les maîtres mots qui guident notre ramadan en tant que musulman. Soyez justes et équitables. Ramadan est le mois qui augmente la piété, c’est aussi le mois qui augmente la justice sociale et resserre les liens. Le Ramadan c’est un mois d’intense patience, C’est la meilleure école de la patience », a insisté le conférencier.

Terminant, le professeur Yahadja a exhorté les musulmans au self contrôle et la maîtrise de soi.« Le ramadan doit nous emmener à réfléchir, à contrôler notre colère et à la contenir. Évitons au maximum les conflits. Travaillons contre le Shaitan car c’est lui notre ennemi en commun. Les croyants ne sont que des frères. Rétablissez la concorde entre vous. Car c’est ce qui doit incarner notre foi  », a conclu le conférencier du jour.

Le parrain, le maire Aboubakar Fofana, le président de la  RLS Man, le Représentant du président national des 3 A se sont félicités de la tenue de cette seconde édition de la rupture collective de jeûne qui a connu un temps d’arrêt l’année passé à cause de la Covid 19.

Notons que les fonds collectés vont servir à permettre à plusieurs veuves et nécessiteux de passer la fête de l’Aid El fitr en toute sérénité. Cette collecte de dons est la 3eme du genre que la Rls des 3A organise.

Doumbia Seydou Badian

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *