Tonkpi/ Festival du film des 18 montagnes : Man, capitale du cinéma ivoirien pendant cinq jours

Du 13 au 17 juillet, la ville de Man a accueilli la première édition du Festival du film des 18 montagnes, faisant d’elle la capitale du cinéma ivoirien pendant cinq jours. 

Durant ces 5 jours, Man a accueilli sur son sol une pléiade de célébrités du 7ème art venus de la capitale économique (Abidjan). Le thème de cette première édition était : La place de la femme dans les mutations sociales à travers le cinéma des coopérations sud-sud.

En seulement 5 jours, la ville s’est transformée, pour la circonstance, en la capitale du cinéma. Réalisateurs de renoms, acteurs, célébrités du monde du cinéma et producteurs se sont donnés rendez-vous à Man au cours de ce festival pour communier avec les cinéphiles de la capitale du Tonkpi. Ce qui a réjoui le maire au cours du lancement, par ailleurs, patron de ce festival qui n’a pas caché sa joie de voir l’événement délocaliser dans sa cité.

«Man brille et scintille aujourd’hui à travers tous ces grands noms du 7ème art. Man est aujourd’hui la vitrine du cinéma. Jamais une ville de l’intérieur n’a réuni autant de grand noms du cinéma dans le même endroit. Ce festival a permis à tous ces grands noms de fouler le sol de notre belle ville. Notre belle cité peut se réjouir», a-t-il laissé entendre à l’ouverture le 15 juillet. Avant de rassurer les uns et les autres qu’il mettra tout en œuvre pour pérenniser ce festival afin que Man soit une destination cinématographique par excellence.

Comme lui, les deux commissaires du festival, à savoir Ursula Koffi et Zoh Saho se sont félicités de ce rêve qui a pris forme.« Nous avons initié ce festival dans une optique de décentralisation des événements culturels qui ont lieu très souvent à Abidjan et aussi de rapprocher le cinéma de nos populations de l’intérieur. Il a permis aussi de mettre en avant les atouts touristiques de cette ville», a précisé Ursula Koffi.

Pendant ces 5 jours donc, les festivaliers ont eu droit à des projections de films, au salon des métiers du cinéma, à des conférences sur les thèmes: la place de la femme dans le cinéma et les coproductions internationales.

Hormis la projection de certains films en vogue, le public a pu assister à la projection de 13 films en compétition, une visite touristique, un planting d’arbres, un match de gala, le concours de picth qui ont meublé les festivités de ce tout premier festival de film.

Des sommités du 7ème art présents

Franck Vlehy, acteur réalisateur producteur, Evelyne Ily Juhen, actrice, Yollande Bogui productrice, Alain Marcel Guikou, réalisateur de renom, Yasmine Reda, actrice et journaliste et l’invité d’honneur Kane Mahoula, Sotigui du meilleur acteur de l’Afrique de l’ouest sont, entre autres, les grands noms du 7ème art qui ont communier avec les cinéphiles de Man. À ces noms il faut ajouter d’autres jeunes acteurs, réalisateurs et producteurs en vogue qui étaient aux côtés de leurs aînés durant ce festival.

Les populations ne manquaient pas de venir faire des séances photos avec leurs stars pendant le festival. Elles sortaient en masse pour venir communier avec ces grand noms de l’écran.

À la clôture, Mahoula Kane, invité d’honneur après un hommage mérité à Maman Nadie Angeline, actrice, décedé le samedi 17 juillet n’a pas manqué de se féliciter de cette initiative née d’une volonté de jeunes cinéastes.« Nous en tant que devancier, nous nous félicitons de cette volonté impulsée par nos jeunes frères. Nous sommes fiers car jamais tous ces grands noms se sont retrouvés hors d’Abidjan et ensemble autour d’un idéal commun. C’est Man qui sort grandi de cette initiative. C’est pourquoi vous devez vous accaparer ce festival. Faites le vôtre. Sa pérennisation et son succès dépendront de vous», a-t-il indiqué. Et de vanter les atouts touristiques de la ville de Man.« Man est une destination touristique par excellence. Man est une ville magnifique. Nous sommes nombreux ceux qui ne voudraient pas rentrer sur Abidjan. Nous avons vu qu’à Man, on peut faire énormément de projets cinématographiques et cela dépendra de vous».

Les différents prix

Sur les 13 films en compétition, six (06) ont reçu des prix. Ce sont: Le Prix dent de Man du meilleur court-métrage fiction 2021 remporté Der der der de ; le meilleur court métrage documentaire par Giovania dans son documentaire Faso; la meilleure interprétation, la fille aux belekris de Mariam Adje; le prix de la protection de l’environnement par Leila Chabry dans Oricha; le prix spécial de la mairie pour l’intégration féminine par Martin Kouakou à travers “crime à ciel ouvert” . Le grand prix Manle est revenu à Fatima Toure avec “la fille aux belekris”.

Quand aux meilleurs pitcheurs, ils ont vu leur projet de film réalisé et pris en compte par Lulu Grâce production, du producteur Franck Vlehy.

Doumbia Seydou Badian

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *