Duékoué/ Vulgarisation de la politique traditionnelle de l’Union Africaine : l’ONG ADC-CI en campagne

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet “les organisations de la société civile (OSC) engagées pour une justice traditionnelle vraie en Côte d’Ivoire (OSCEJTV CI), l’ONG Aide, Assistance et développement communautaire de Côte d’Ivoire (ADC-CI) avec l’appui financier du fond d’héritage pour la justice traditionnelle en Afrique (ATJLF) a organisée les vendredi 13 et samedi 14 Août 2021 à la mission catholique de Duékoué dans la région du Guémon, une campagne de vulgarisation de la politique de justice traditionnelle.

Cette campagne est initiée à l’attention des leaders communautaires, des groupements de femmes et de jeunes, de la communauté des victimes et des personnes vivant avec un handicap.

En effet, selon les initiateurs de cette campagne,  le processus de justice traditionnelle (JT) en Côte d’Ivoire n’a pas atteint tous les résultats escomptés sur le plan de la recherche de la vérité, d’après les enquêtes et auditions de la commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR). Toujours selon ce rapport, 72000 victimes ont été identifiés par la commission nationale pour la réconciliation et  l’indemnisation des victimes (CONARIV), 316000 victimes  retenues et 557000 dossiers rejetés.

C’est fort de ce constat  que l’ONG ADC-CI a initié cette campagne dans le but de faire connaître aux populations la politique de justice traditionnelle de l’union africaine et les mécanismes de justice traditionnelle. Le but visé est de renforcer le processus de justice traditionnelle en Côte d’Ivoire à travers l’engagement et l’implication significative des populations et à améliorer la connaissance des citoyens sur cette politique de justice traditionnelle et ses mécanismes.

Au cours de ces renforcements de capacités interactives animés par Fangnariga Yeo et Kongue Kouassi Mozart de l’ADC-CI, les leaders communautaires ont été imprégnés des mécanismes et la politique de Justice traditionnelle de l’union africaine.

Kongue Kouassi Mozart président de l’ONG ADC-CI s’est dit  satisfait de cette initiative.  « Ce projet dénommé “les organisations des sociétés civiles engagées pour une justice traditionnelle vraie” a permis de faire une étude sur la mise en œuvre de la justice traditionnelle en  Côte d’Ivoire pour découvrir ses forces et ses faiblesses. Il a été aussi question pour les enquêteurs et les experts qui ont travaillé pour recueillir des données, de  faire des recommandations,  qui ont été consignés dans un rapport qui a été déposé dans les institutions nationales et internationales », a-t-il souligné.

Poursuivant ses propos, il a indiqué que  cet atelier de vulgarisation de la justice traditionnelle africaine a été initié  pour que les participants et les populations aient une meilleure compréhension et se familiarisent avec cette politique de justice traditionnelle et ses mécanismes. Pour lui, il faut qu’il y ait une appropriation nationale et locale de cette politique.

Pour sa part, Gouati Bi Irié Constant président du collectif des chefs de communauté de la région du Guémon estime que cet atelier a été pour les chefs de communauté une expérience enrichissante. C’est pourquoi, il  remercie  les organisateurs pour cette belle initiative et entend s’atteler avec ses pairs à faire écho de cette politique de justice traditionnelle au sein des communautés.

Pour l’ONG ADC-CI, la prévention et la paix durable exigent que l’on s’attaque aux crimes de masse, à l’héritage des conflits, et que l’on rétablisse la confiance entre l’État et les citoyens.

Serge Coulibaly à Duékoué

Partager, c'est aimer!
Shares

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *