Dompleu S/P Man/ Promotion de l’aquaculture : La FAO et le ministre Sidi Touré redonnent de l’espoir aux pisciculteurs

Le représentant résident de l’organisation des nations unis pour l’alimentation Samy Gaiji et le ministre Sidi Touré chargé de la production animale et des ressources halieutiques séjournent à Man les 23 et 24 novembre. Une visite qui s’inscrit dans le cadre de la politique de développement de la pêche et de l’aquaculture en vue de combler le besoin des ivoiriens en produit halieutique, et donner un coup de souffle au secteur de l’aquaculture.

Cette visite a permis aux deux personnalités de visiter, le barrage pour la retenue d’eau de la station, l’entrepôt réhabilité pour les aliments des poissons et les étangs piscicoles de la station d’alevinage de Dompleu détruits pendant la crise militaro-politique qui a secoué la Côte d’Ivoire. Cette station est en train d’être rénovée par l’organisation des nations unis pour l’alimentation (FAO). Son représentant résident a indiqué qu’il s’agit d’accompagner la Côte d’Ivoire au niveau des investissements dans l’aquaculture.

« C’est un honneur pour nous d’accueillir le ministre dans sa station d’alevinage de Dompleu qui est une station où nous sommes intervenus depuis plus d’un an et demi. Et nous allons discuter des livrables qui ont été effectués, qui sont assez conséquents dans la promotion de l’aquaculture dans la zone, mais aussi parler des projets d’avenir pour continuer à dynamiser dans la région du Tonkpi, la production en aquaculture-pisciculture surtout chez les familles qui sont dans le besoin au niveau économique. Pour nous c’est une première visite technique et nous espérons que le ministre sera satisfait des travaux puisque les demandes du ministère, nous allons aussi les relever pour les années à venir au niveau de notre investissement dans l’aquaculture », a déclaré Samy Gaiji.

Pour sa part, le ministre Sidi Touré a souligné que la Côte d’ivoire ne couvre qu’à peine 17% de ce qu’elle consomme en termes de poisson. « Sur près de 600 000 tonnes de poissons que nous ne produisons que 17%. Et l’alternative trouvée en la matière au-delà de la pêche qui n’est pas viable en termes de durabilité, c’est d’aller vers la réalisation de champs aquacoles. C’est une option qui a été prise par le gouvernement depuis déjà quelques mois. Et la Fao est un acteur principal qui nous aide à la matérialisation de cette ambition », a relevé le ministre Sidi Touré.

Selon lui, dans cette station d’alevinage de Dompleu, l’ambition, c’est de produire des alevins en quantité pour pouvoir certes alimenter la région mais aussi la sous-région. « Cet objectif avait commencé à être atteint jusqu’à la crise malheureusement qui a fait que cette station a été abandonnée. La FAO est intervenue dans sa réhabilitation et c’est ce que nous sommes venus constater. Nous allons passer de la vingtaine d’étangs à près d’une centaine d’étangs qui vont être réhabilités pour le bonheur des populations », a-t-il soutenu. Pour lui, la matière aquacole est du domaine rural et c’est véritablement de ça que vivent les populations. « Pour nous c’est une meilleure façon d’adresser la problématique de la sécurité alimentaire mais aussi de la fragilité des foyers spécifiquement par rapport aux revenus qu’ils vont engranger. C’est une stratégie qui nous permet d’atteindre tous nos objectifs dans le domaine rural », a conclu le ministre de la production animale et des ressources halieutiques.

Kindo Ousseny à Man

Partager, c'est aimer!
Shares

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *