Biankouma/ Un festival pour lutter contre l’excision

L’Organisation non gouvernementale ACZA, (Association culturelle Zassa d’Afrique) initie un festival dénommé Festival Dan au féminin ». Une initiative qui vise à lutte autrement contre les mutilations génitales féminines. L’information a été donnée par la présidente de l’ONG Martha Diomandé, le mardi 3 janvier 2023 à Man au cours d’une conférence de presse.

Pour cette édition qui est la troisième du genre, le thème choisie est « Préservons nos traditions sans excision ». Le Festival Dan au féminin selon son initiatrice se tiendra pour sa partie festive les 18 et 19 février 2023 à Biankouma. « Ce festival est une célébration des coutumes et traditions culturelles Dan sans l’excision. Une manière pour nous de promouvoir et valoriser la culture Dan dans toute sa splendeur mais sans l’excision qui est considérée comme un fléau à éradiquer », a expliqué Martha Diomandé.

Selon la présidente fondatrice de ACZA, le festival sera riche en activités. A partir du 13 février, il y aura des conférences et des campagnes de sensibilisation dans des établissements secondaires et supérieurs de Man. « Le samedi 18 février, il y aura la présentation des points d’écoute dans la région du Tonkpi, la représentation de ce qu’était l’excision festive autrefois par les matrones, les acolytes et femmes impliquées mais sans le couteau. Ce sera une occasion pour nous de récompenser des matrones qui ont arrêté l’excision et qui sont dans le programme depuis le début », a-t-elle relaté.

Dans la soirée, les artiste femme de la culture Dan vont s’exprimer au cours d’un concert. Il sera aussi question pour elle de sensibiliser les populations sur les questions des droits de la femme, l’égalité du genre et les mutilations génitales féminines.

La journée du dimanche 19 février est consacrée à la protection de la jeune fille. Ce sera l’occasion pour ces filles de s‘exprimer sur le thème : « Une enfance sans excision » à travers des pièces théâtrales, le slam, la poésie. «Une récompense est prévue pour les jeune filles investies dans le programme depuis le début. Par ce programme, nous voulons les encourager et les honorer pour montrer à l’opinion que l’on peut réussir sans être excisé. Nous allons mettre en avant leurs efforts et encourager les parents à inscrire leurs enfants dans ce programme de protection », a conclu Martha Diomandé.

Kindo Ousseny

Partager, c'est aimer!
Shares

Vous allez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *